Ζέφυρος / Zéphyros

... Là où se lève l'étoile du soir, où le soleil éteint ses feux.




... Zéphyr

Dans la Grèce antique
Fils d'Astréos (Éole), le Maître des Quatre Vents
Et d'Éos, la déesse de l'Aurore.

... Ses frères
Borée, le dieu du Vent du Nord,
Notos, le dieu du Vent du Sud,
Euros, le dieu du Vent du Sud-Ouest.


... Ses amours féminines
Podargé, aux pieds agiles, la Harpie au corps de pouliche
Chloris, Flore, la déesse des fleurs
Iris, la déesse de l'Arc-en-ciel.


... Zéphyr et Chloris
Pluie de roses,
Haleine parfumée de Zéphyr,
Amour et Printemps.






... Les métaphores d'Apulée le berbère
Extrait du roman latin Métamorphoses (L’Âne d'Or)
« ... Or pendant que Psyché en proie à la peur et pleure au
sommet de son rocher, la douce brise de Zéphyr aux molles
caresses fait frissonner les bords de sa robe, enfle son vêtement,
la soulève sans heurts et la transporte le long de l'abrupte paroi
rocheuse ; après une douce descente, Zéphyr la dépose au
cœur du vallon, sur un gazon de fleur ... »


... Brise du matin, flots des vagues, flocons des nues,
... Emportez-moi !

... Zéphyr
Il était, dans sa jeunesse, fougueux et violent ; les gens le
redoutaient.
Aujourd'hui, il a changé d'attributs ; c'est un vent doux et
agréable, un souffle léger, une brise qui grise les sens.

... Zéphyr
Il protège et enveloppe, il donne de la fraîcheur et procure du
bien-être.
Au gré du temps et de l'humeur, il apportera échos et souvenirs.

... Zéphyr
Il est la renaissance, l'éclosion de la vie, la joie.
Il annonce le retour du Printemps.

... Zéphyr
... Au gré de sa nature, il vous transportera ...

............ Entre Miliana, sa ville d'adoption
............ Et Béjaïa, sa ville natale.

............ Entre la ville aux mille ruisseaux
............ Et la ville lumière.

Zéphyr à Béjaia

Zéphyr à Béjaia
... Zéphyr, la statue de bronze érigée en 1894 par le célèbre statuaire français Eugène Marioton, trône au square Pasteur, en face de notre ancienne maison paternelle.

Apophtegme d'une Bougiote

... À la face des dieux, montrer que les humains
Sont beaux et généreux s'ils s'autorisent enfin
À tomber le loup en recouvrant le sourire
...
................................................................ Marie alias Incipit
...................................................enr sauv SGDL 2011-02-0167

Le Top Ten de la semaine

Nouvelles du jardin

Un jour, une plante

samedi 6 novembre 2010

Le bon sens vietnamien

  • Le chant de la connaissance

Quand on résiste à sa destinée on souffre
Quand on l'accepte on est heureux.

Nous avons du temps en abondance
Pour répéter les mêmes erreurs,
Mais il nous suffit de nous corriger de nos fautes
Une seule petite fois
Pour entendre le chant de la connaissance
Et rompre à jamais la chaîne de la vengeance.

Vous pouvez l'entendre ce chant en ce moment-même,
L'âme l'entonne dans votre cœur depuis votre naissance.
Si les moines ont dit vrai
Et si rien ne nous arrive sans raison
Alors le don de la souffrance nous rapproche de Dieu.

Nous apprenons à être forts alors que nous sommes faibles,
À être courageux alors que nous avons peur,
À être sage au milieu de la confusion
Et à abandonner ce que nous ne pouvons plus retenir.

La victoire finale est celle du cœur.

Poème vietnamien


12 commentaires:

Leila a dit…

Bonjour Zephyr,

C'est vrai qu'il s'agit d'un très beau poème qui en quelques lignes nous fait prendre conscience de l'évidence à savoir que : L'Homme est faible par nature et ne pourra échapper à ce qui lui est inévitable : La Mort.

Merci à toi pour ce si joli partage plein de bon sens.

Passe un bon week end.
Au plaisir.

Zéphyr, a dit…

Bonjour Leïla,

Oui, l'homme s'entête à refuser l'ordre des choses et des êtres. Il est curieux de nature.

Parfois il a raison, parfois il a tord.

Les principes religieux, philosophiques et moraux nous enseignent à comprendre les lois de la Nature, à en tirer profit certes mais pas au point d'en forcer les règles. Passé ce seuil, il court à sa perte.

Lily a dit…

La fin de ce poème est empreinte d'une grande foi en la vie. Il faut beaucoup de confiance pour garder courage à travers la peur et pour mettre sa force dans sa faiblesse. Mais la faiblesse dont il est question n'est pas celle de ceux qui cèdent à tous leurs penchants et besoins compulsifs. Elle est faiblesse de ceux qui savent garder les yeux, le cœur et les mains ouvertes, devant le bonheur ou ... le malheur ! Ou les deux intimement liés.

Zéphyr, a dit…

Bonsoir Lily,

Votre analyse est pertinente.

L'auteur place l'homme au centre de sa propre dualité, entre ses facultés morales et physiques. Mais au final, il nous demande de choisir la voie du cœur.

... Et la raison ?

Le débat est ouvert.

Yvette a dit…

Très bien écrit, quelle sagesse. J'ai failli ne pas lire ce poème, tant j'ai eu de difficulté à entrer dans ce blog mais avec de la persévérance on y arrive. Bonne soirée Chawki Yvette

Zéphyr, a dit…

Bonsoir Yvette,

De mon côté aussi l'accès est difficile. Mais notre détermination est quand même venue à bout de cette difficulté.

Ce qui m'a le plus frappé et envoûté dans ce texte, c'est la valse des antonymes.

thanina a dit…

Sabahelkheir Chawki , qui a dit que l'homme est fort , patient , sage et philosophe ? l'homme est doué d'intelligence , utilisée , quelques fois a bon escient , mais n'allez pas lui demander d'accepter son destin ...on serait alors a l'âge de pierre ...merci pour ce poeme et pour cette générosité dans le partage biz .

Zéphyr, a dit…

Bonjour Thanina,

... Le destin, la destinée, la fatalité, le fatalisme, le cœur et la raison voilà des thèmes qui ont passionné philosophes et hommes de culte.

... Quant à moi, je vous avoue que je suis balloté entre le cœur et la raison.

Il faut être grand sage pour savoir en faire bon usage.

SONYA 972 a dit…

c'est fou je voilà entrain de pleurer en lisant ce texte
comme quoi....
belle semaine à toi

Zéphyr, a dit…

Bonsoir Sonya,

Des paroles émouvantes, je vous le concède ... Elles sont à méditer !

eva48 a dit…

sages sont-ils!!
à nous d' en appliquer le précepte
bonne soirée

Zéphyr, a dit…

Bonsoir Éva,

Oui, sages ils le sont !

On ne fait que formuler leurs maximes, voilà ce dont nous sommes capables.

Enregistrer un commentaire