Ζέφυρος / Zéphyros

... Là où se lève l'étoile du soir, où le soleil éteint ses feux.




... Zéphyr

Dans la Grèce antique
Fils d'Astréos (Éole), le Maître des Quatre Vents
Et d'Éos, la déesse de l'Aurore.

... Ses frères
Borée, le dieu du Vent du Nord,
Notos, le dieu du Vent du Sud,
Euros, le dieu du Vent du Sud-Ouest.


... Ses amours féminines
Podargé, aux pieds agiles, la Harpie au corps de pouliche
Chloris, Flore, la déesse des fleurs
Iris, la déesse de l'Arc-en-ciel.


... Zéphyr et Chloris
Pluie de roses,
Haleine parfumée de Zéphyr,
Amour et Printemps.






... Les métaphores d'Apulée le berbère
Extrait du roman latin Métamorphoses (L’Âne d'Or)
« ... Or pendant que Psyché en proie à la peur et pleure au
sommet de son rocher, la douce brise de Zéphyr aux molles
caresses fait frissonner les bords de sa robe, enfle son vêtement,
la soulève sans heurts et la transporte le long de l'abrupte paroi
rocheuse ; après une douce descente, Zéphyr la dépose au
cœur du vallon, sur un gazon de fleur ... »


... Brise du matin, flots des vagues, flocons des nues,
... Emportez-moi !

... Zéphyr
Il était, dans sa jeunesse, fougueux et violent ; les gens le
redoutaient.
Aujourd'hui, il a changé d'attributs ; c'est un vent doux et
agréable, un souffle léger, une brise qui grise les sens.

... Zéphyr
Il protège et enveloppe, il donne de la fraîcheur et procure du
bien-être.
Au gré du temps et de l'humeur, il apportera échos et souvenirs.

... Zéphyr
Il est la renaissance, l'éclosion de la vie, la joie.
Il annonce le retour du Printemps.

... Zéphyr
... Au gré de sa nature, il vous transportera ...

............ Entre Miliana, sa ville d'adoption
............ Et Béjaïa, sa ville natale.

............ Entre la ville aux mille ruisseaux
............ Et la ville lumière.

Zéphyr à Béjaia

Zéphyr à Béjaia
... Zéphyr, la statue de bronze érigée en 1894 par le célèbre statuaire français Eugène Marioton, trône au square Pasteur, en face de notre ancienne maison paternelle.

Apophtegme d'une Bougiote

... À la face des dieux, montrer que les humains
Sont beaux et généreux s'ils s'autorisent enfin
À tomber le loup en recouvrant le sourire
...
................................................................ Marie alias Incipit
...................................................enr sauv SGDL 2011-02-0167

Le Top Ten de la semaine

Nouvelles du jardin

Un jour, une plante

mardi 2 octobre 2012

L'automne


  • Méditations poétiques
 Alphonse Lamartine


Salut ! bois couronnés d’un reste de verdure !
Feuillages jaunissants sur les gazons épars !
Salut, derniers beaux jours ! Le deuil de la nature
Convient à la douleur et plaît à mes regards !

Je suis d’un pas rêveur le sentier solitaire,
J’aime à revoir encor, pour la dernière fois,
Ce soleil pâlissant, dont la faible lumière
Perce à peine à mes pieds l’obscurité des bois !

Oui, dans ces jours d’automne où la nature expire,
À ses regards voilés, je trouve plus d’attraits,
C’est l’adieu d’un ami, c’est le dernier sourire
Des lèvres que la mort va fermer pour jamais !

Ainsi, prêt à quitter l’horizon de la vie,
Pleurant de mes longs jours l’espoir évanoui,
Je me retourne encore, et d’un regard d’envie
Je contemple ses biens dont je n’ai pas joui !

Jardin public de Miliana,
Entre les deux palmiers :
le banc de méditation de Zéphyr

Terre, soleil, vallons, belle et douce nature,
Je vous dois une larme aux bords de mon tombeau ;
L’air est si parfumé ! la lumière est si pure !
Aux regards d’un mourant le soleil est si beau !

Je voudrais maintenant vider jusqu’à la lie
Ce calice mêlé de nectar et de fiel !
Au fond de cette coupe où je buvais la vie,
Peut-être restait-il une goutte de miel ?

Peut-être l’avenir me gardait-il encore
Un retour de bonheur dont l’espoir est perdu ?
Peut-être dans la foule, une âme que j’ignore
Aurait compris mon âme, et m’aurait répondu ? …

La fleur tombe en livrant ses parfums au zéphire ;
À la vie, au soleil, ce sont là ses adieux ;
Moi, je meurs ; et mon âme, au moment qu’elle expire,
S’exhale comme un son triste et mélodieux.

samedi 1 septembre 2012

L'orphelin

  • Inzen n Ctember
Le proverbe de Septembre



Win mi yekkes vava-s atan deg irebbi n yemm-as,
Win mi yekkes yemm-as, atan deg ugudu nḍent-as !
Celui qui n'a plus de père, se retrouve entre les bras de sa mère,
Mais celui qui n'a plus de mère, il est entre les bras de la misère !

  • Paroles de Victor Hugo

    ... La misère d'un enfant intéresse une mère,
    La misère d'un jeune homme intéresse une jeune fille,
    La misère d'un vieillard n'intéresse personne.

  • Sagesse malienne
« On n’est pas orphelin d'avoir perdu père et mère, mais d'avoir perdu l'espoir. »

mercredi 8 août 2012

« Alger la bien gardée »

  • « El Mahroussa »  الجزائر المحروسة

... Du temps de la Régence d'Alger et des Raïs.


jeudi 2 août 2012

Entêtement

  • Inzen n Ghuct
Le proverbe d'Août



Ird inw day !
Mon grain de blé seulement !

... " [ Je veux ] mon grain de blé seulement " se dit d'une personne entêtée, égoïste, qui refuse le compromis.


  • L'histoire de la poule

.... Un jour une femme était en train de balayer devant chez elle. Soudain, elle trouva un grain de blé, alors elle appela sa poule pour le lui donner à manger. Mais la poule tardait à venir et la bonne femme avait fini par manger elle-même le grain de blé.

... La poule avait fini par se pointer et réclamer son grain. 


 ... La femme lui explique qu'elle l'a mangé et que si elle pouvait attendre quelques instants, elle lui offrirait un autre. Néanmoins, la poule ne l'entendait pas de cet oreille et réclamait son grain de blé. 

... La femme lui proposait alors plein de grains de blé et même un sac si elle n'était pas satisfaite. 

... Mais rien n'y faisait car la poule voulait le grain de blé que la femme a mangé.

lundi 23 juillet 2012

Vive les vacances !


... Zéphyr s'offre du repos ...


Les vacances, c'était la grasse matinée. 
Trois cent vingt jours par an, et davantage, 
Chaque matin, en se levant avec le jour, 
Il se promettait :
Quand je serai en vacances, 
Qu'est-ce que je me payerai comme sommeil ! 
Simenon 
Vac. Maigret, 1948