Ζέφυρος / Zéphyros

... Là où se lève l'étoile du soir, où le soleil éteint ses feux.




... Zéphyr

Dans la Grèce antique
Fils d'Astréos (Éole), le Maître des Quatre Vents
Et d'Éos, la déesse de l'Aurore.

... Ses frères
Borée, le dieu du Vent du Nord,
Notos, le dieu du Vent du Sud,
Euros, le dieu du Vent du Sud-Ouest.


... Ses amours féminines
Podargé, aux pieds agiles, la Harpie au corps de pouliche
Chloris, Flore, la déesse des fleurs
Iris, la déesse de l'Arc-en-ciel.


... Zéphyr et Chloris
Pluie de roses,
Haleine parfumée de Zéphyr,
Amour et Printemps.






... Les métaphores d'Apulée le berbère
Extrait du roman latin Métamorphoses (L’Âne d'Or)
« ... Or pendant que Psyché en proie à la peur et pleure au
sommet de son rocher, la douce brise de Zéphyr aux molles
caresses fait frissonner les bords de sa robe, enfle son vêtement,
la soulève sans heurts et la transporte le long de l'abrupte paroi
rocheuse ; après une douce descente, Zéphyr la dépose au
cœur du vallon, sur un gazon de fleur ... »


... Brise du matin, flots des vagues, flocons des nues,
... Emportez-moi !

... Zéphyr
Il était, dans sa jeunesse, fougueux et violent ; les gens le
redoutaient.
Aujourd'hui, il a changé d'attributs ; c'est un vent doux et
agréable, un souffle léger, une brise qui grise les sens.

... Zéphyr
Il protège et enveloppe, il donne de la fraîcheur et procure du
bien-être.
Au gré du temps et de l'humeur, il apportera échos et souvenirs.

... Zéphyr
Il est la renaissance, l'éclosion de la vie, la joie.
Il annonce le retour du Printemps.

... Zéphyr
... Au gré de sa nature, il vous transportera ...

............ Entre Miliana, sa ville d'adoption
............ Et Béjaïa, sa ville natale.

............ Entre la ville aux mille ruisseaux
............ Et la ville lumière.

Zéphyr à Béjaia

Zéphyr à Béjaia
... Zéphyr, la statue de bronze érigée en 1894 par le célèbre statuaire français Eugène Marioton, trône au square Pasteur, en face de notre ancienne maison paternelle.

Apophtegme d'une Bougiote

... À la face des dieux, montrer que les humains
Sont beaux et généreux s'ils s'autorisent enfin
À tomber le loup en recouvrant le sourire
...
................................................................ Marie alias Incipit
...................................................enr sauv SGDL 2011-02-0167

Le Top Ten de la semaine

Nouvelles du jardin

Un jour, une plante

dimanche 29 mai 2011

L'histoire revisitée

  • Le regard du Petit Blanquiste

... Mon ami Mohamed  [ il se reconnaîtra ]  attira mon attention sur un pan de l'histoire de l'Algérie : un témoignage assez éloquent. Une aubaine que Zéphyr a saisie au vol, il s'empressa alors d'aller à la source puiser une éventuelle autorisation de publier l'article en question.

... C'est donc avec l'accord de l'auteur que ce texte paraît ici, pour les lecteurs de Zéphyr. Que JPD en soit remercié  ! Vous êtes conviés à aller faire un tour dans son blog, il sera ravi de vous recevoir, surtout si vous marquez votre passage. Vous ne serez pas déçu. 

... Cliquez [ ici ]  et vous serez chez Le Petit Blanquiste.

... Un autre regard vous attend ...   

 

  • 1871 : La « Commune kabyle »


... Chaque année, le dernier dimanche de mai, il est de tradition de glorifier le souvenir de la Commune de Paris de 1871 par la « montée au mur des Fédérés » à l'intérieur du cimetière du Père Lachaise, à Paris. C’est à cet endroit qu’ont été fusillés les derniers combattants au terme d’une semaine de massacres qui ont fait plus de 20.000 morts.

... La Commune de Paris et sa fin sanglante sont pratiquement occultées de l’Histoire officielle. Sans doute est-il jugé contre-productif de rappeler qu’un gouvernement issu d’élections démocratiques peut être capable d’horreurs qui n’ont rien à envier à celles d’un régime tyrannique.

... Il est une autre censure historique, elle concerne un autre soulèvement qui - au même moment - s’est produit dans les montagnes de Kabylie en Algérie et que certains historiens désignent comme la « Commune kabyle ». 


... Commencée en 1830, la conquête coloniale de l’Algérie a duré plus d'une quarantaine d'années, pendant lesquelles l'armée française s'est livrée à des massacres de masse.


Kabylie.JPG


... En Kabylie, il faudra plusieurs campagnes militaires pour qu'en 1857 s'instaure un semblant de « pacification ». Toutefois, la résignation des Kabyles est bien fragile, au point que, le 12 juin 1869, le maréchal Mac-Mahon alerte le gouvernement : « Les Kabyles resteront tranquilles aussi longtemps qu’ils ne verront pas la possibilité de nous chasser de leur pays ! ».


El Mokrani.JPG... L’occasion se présente en mars 1871 : à la faveur de l’instabilité qui règne en France, après la défaite qui a mis fin à la guerre contre la Prusse, les confédérations de tribus kabyles déclenchent une insurrection.

Elle est conduite par Mohamed El Mokrani qui reçoit le soutien d’un chef religieux, cheikh El Haddad. Le mouvement s’étend rapidement aux trois quarts du pays et mobilise environ 200.000 combattants.


... L’amiral de Gueydon, à la tête de l’armée d’Afrique (86.000 hommes) aidée de la Marine et de colons miliciens, dirige une répression impitoyable. Au-delà des insurgés, c’est toute la population qui est prise pour cible. Des villages entiers sont détruits, des familles décimées ou expulsées de leurs villages.


... Quand Mohamed El Mokrani est tué au combat le 5 mai 1871, son frère Boumezrag prend le commandement. La lutte contre le colonisateur se poursuit jusqu’en janvier 1872. Confrontés à un armement supérieur, les insurgés Kabyles sont alors militairement vaincus.


« La répression fut terrible, et, pour beaucoup, hors de proportion avec la culpabilité », écrit un contemporain. [1]


... Arrêtés, les chefs du mouvement sont jugés comme  « malfaiteurs » et condamnés à la déportation dans les bagnes de la Nouvelle-Calédonie où se trouvent déjà les vaincus de la Commune de Paris, telle Louise Michel.


... Par ailleurs, l'administration coloniale confisque près de 50.000 hectares de terre à la Kabylie et lui inflige une amende, considérable à l'époque, de 36 millions de francs.
Question : Pourquoi le mouvement ouvrier français n’a-t-il pas su associer dans un même hommage les Communards parisiens aux insurgés kabyles victimes des mêmes bourreaux ?
JPD

[1] Louis Rinn, Histoire de l’insurrection de 1871 en Algérie. L’auteur était conseiller de gouvernement, vice-président de la société historique d’Alger et ancien chef du service central des Indigènes.

19 commentaires:

Dany a dit…

Bonjour Zéphyr. Je ne manquerai pas d'aller visiter le blog de votre ami.
J'ai visiter le cimetière en Nouvelle-Calédonie (dont vous parlez dans ce billet au sujet des déportés) l'histoire enseigne mon cher Zéphyr que trop souvent la justice n'est pas la même pour tous c'est sans doute la réponse à votre question...
Un grand merci pour cet article. Je vous souhaite une douce fin de journée
Dany

Zéphyr, a dit…

Bonsoir Dany,

Le récit de cet honorable citoyen français rétablit les faits et La Nouvelle Calédonie en est l'expression.

Les vivants et les morts ne sont-ils pas les témoins de cette tragédie ?

Sonya972 a dit…

comment ne pas être horrifié par de tels détails de l'histoire

Parfois les insurrections permettent des rappels de mémoire comme les kabyles ou d'autres tribus

Merci pour ce billet

Ce pan de l'histoire de France (régime tyrannique) m'était inconnu

passe une très belle fin de journée

la mienne ne fait que commencer

Zéphyr, a dit…

Bonsoir Sonya,

Il faut avoir suffisamment de recul pour écrire l'histoire d'un pays. L'historien ne doit être ni de son temps ni de son lieu.

Anonyme a dit…

Bonjour Zéphyr,

Très juste et poignant ce regard !

Merci pour ce partage qui nous éclaire et nous porte à réfléchir...

Bonne journée

Marie-Hélène

Zéphyr, a dit…

Bonjour Marie-Hélène,

... Aujourd'hui encore, toi et moi, nous en subissons malheureusement les conséquences.

... Les deux peuples ont été trompés par les mirages de la politique.

Aux Français, on leur a fait croire que l'Algérie était leur terre et aux Algériens que leurs ancêtres étaient les Gaulois.

... C'est dans la souffrance que se tissent les liens.

Lily a dit…

Tiédeur ?!!

Yvette a dit…

J'ai lu ta réponse à Marie Hélène. Comme tu le dis si bien , tout le monde a été trompé. Même nous , enfants, nous ne comprenions pas que nous amis algériens puissent réciter leur leçon d'histoire: "nos ancêtres les Gaulois...."
Je reviens doucement sur les blog, la vie reprend son cours!

Zéphyr, a dit…

Bonjour Lily,

L'histoire s'écrira tôt ou tard, une fois les passions apaisées, les meurtrissures atténuées.

Zéphyr, a dit…

Bonsoir Yvette,

Le drame c'est qu'on a leurré les Français nés en Algérie, ceux qu'on appelle les Français d'Algérie.

Dans sa folie coloniale, le politique est responsable de cette double tragédie où Pieds Noirs et Autochtones en payent encore le prix.

thanina a dit…

Bsr Chawki , bribe par bribe , les vérités historiques s'amassent , la matière augmente pour écrire ces pages manquantes de notre histoire commune avec la France , trouve içi mon grand merci pour ces contributions , a bientot .

Zéphyr, a dit…

Bonsoir Thanina,

Le compliment revient plutôt à notre ami JPD.

ratiba a dit…

Bonjour zéphyr
je passe vous souhaiter une tres bonne journée en ce vendredi ensoleiller oufffff ce soleil est vraiment en retard cette fois ci n'es pas ; bon vedredi

Zéphyr, a dit…

Bonjour Ratiba,

Ici, le soleil a réapparu, mais avec un vent assez froid.

Merci pour la visite et passez une bonne journée.

Yvette a dit…

Je reviens lentement mais sûrement, rendre visite à mes amis. J'ai un peu plus de temps pour le faire. Le ciel est gris , il pleut et cela fait du bien à la terre. Ma fille qui habite à 50km de chez nous, m'a dit que la terre était sèche malgre la pluie qui est tombée. Bonne semaine Chawki!

Zéphyr, a dit…

Bonsoir Yvette,

Vous avez encore besoin de repos, je suppose.

Vivez selon votre propre rythme.

Zéphyr, a dit…

Bonsoir Yvette,

Vous avez encore besoin de repos, je suppose.

Vivez selon votre propre rythme.

Anonyme a dit…

bonjour Zéphyr,
il y a des détails de l'histoire qui ne sont vraiment pas beaux - je vous souhaite une belle journée
agathe

Zéphyr, a dit…

Bonjour Agathe,

L'histoire est une succession de faits qu'on doit rapporter fidèlement pour permettre aux hommes de saisir et de comprendre leur finalité.

En omettre un seul ou le dénaturer c'est détourner l'histoire de son cours.

Enregistrer un commentaire