Ζέφυρος / Zéphyros

... Là où se lève l'étoile du soir, où le soleil éteint ses feux.




... Zéphyr

Dans la Grèce antique
Fils d'Astréos (Éole), le Maître des Quatre Vents
Et d'Éos, la déesse de l'Aurore.

... Ses frères
Borée, le dieu du Vent du Nord,
Notos, le dieu du Vent du Sud,
Euros, le dieu du Vent du Sud-Ouest.


... Ses amours féminines
Podargé, aux pieds agiles, la Harpie au corps de pouliche
Chloris, Flore, la déesse des fleurs
Iris, la déesse de l'Arc-en-ciel.


... Zéphyr et Chloris
Pluie de roses,
Haleine parfumée de Zéphyr,
Amour et Printemps.






... Les métaphores d'Apulée le berbère
Extrait du roman latin Métamorphoses (L’Âne d'Or)
« ... Or pendant que Psyché en proie à la peur et pleure au
sommet de son rocher, la douce brise de Zéphyr aux molles
caresses fait frissonner les bords de sa robe, enfle son vêtement,
la soulève sans heurts et la transporte le long de l'abrupte paroi
rocheuse ; après une douce descente, Zéphyr la dépose au
cœur du vallon, sur un gazon de fleur ... »


... Brise du matin, flots des vagues, flocons des nues,
... Emportez-moi !

... Zéphyr
Il était, dans sa jeunesse, fougueux et violent ; les gens le
redoutaient.
Aujourd'hui, il a changé d'attributs ; c'est un vent doux et
agréable, un souffle léger, une brise qui grise les sens.

... Zéphyr
Il protège et enveloppe, il donne de la fraîcheur et procure du
bien-être.
Au gré du temps et de l'humeur, il apportera échos et souvenirs.

... Zéphyr
Il est la renaissance, l'éclosion de la vie, la joie.
Il annonce le retour du Printemps.

... Zéphyr
... Au gré de sa nature, il vous transportera ...

............ Entre Miliana, sa ville d'adoption
............ Et Béjaïa, sa ville natale.

............ Entre la ville aux mille ruisseaux
............ Et la ville lumière.

Zéphyr à Béjaia

Zéphyr à Béjaia
... Zéphyr, la statue de bronze érigée en 1894 par le célèbre statuaire français Eugène Marioton, trône au square Pasteur, en face de notre ancienne maison paternelle.

Apophtegme d'une Bougiote

... À la face des dieux, montrer que les humains
Sont beaux et généreux s'ils s'autorisent enfin
À tomber le loup en recouvrant le sourire
...
................................................................ Marie alias Incipit
...................................................enr sauv SGDL 2011-02-0167

Le Top Ten de la semaine

Nouvelles du jardin

Un jour, une plante

vendredi 9 janvier 2009

Le Palais d'El Kseur,

Le chant de l'adieu

Ici était ton protecteur,

Ici, tu es venue le rejoindre au Palais.

Au pied de ce majestueux olivier,

Contemplant, au loin, le manteau hivernal d'Ivarissen.

Quelle suprême demeure !

Néroli du bigaradier, effluves de l'oranger,

Ombrages et divans de verdure.

Chaque soir, par dizaines,

Des serins, des chardonnerets

Viennent te bercer

Avec leur douce roulade.


Toi, attentive, tu les écoutes

Puis, heureuse et paisible, tu t'assoupis

Dans ta demeure éternelle.



EL KSEUR, LE PALAIS

5 commentaires:

Krimo a dit…

Sagesse, tu es...
Absolument beautiful!

Anonyme a dit…

Le sage a parlé
Afneye

Zéphyr, a dit…

Merci Krimo !

Merci Afneye !

Yvette a dit…

Ma mère parlait souvent d'El Kseur, sans doute que cette ville l'avait vraiment marquée. Il faut dire que mes parents ont beaucoup voyagé surtout dans l'Algérois, le Constantinois et le Cherchellois, sans oublier la région de Miliana. Ils savaient qu'ils n'étaient que de passage dans ce pays, c'est pourquoi ils s'en sont pris plein la vue!!!
Bonne semaine à toi Shawki Yvette

Zéphyr a dit…

Bonsoir Yvette,

Merci d'être venue lui rendre visite en son Palais d'El Kseur, sa Kabylie natale.

Enregistrer un commentaire